Les compagnons de Saint Jean-Batistes sont un groupe de couples chrétiens et de prêtres qui veulent vivre leurs chemins de sanctification en couple, en famille, en église.

Quels sont les fondements spirituels des Compagnons de saint Jean-Baptiste ?
Nous sommes baptisés, c’est-à-dire sauvés par l’amour du Christ et membres de son Eglise. Nous considérons l’Eglise, à la suite de saint Paul écrivant aux Ephésiens, comme « l’Epouse » pour laquelle le Christ a donné toute sa vie. Nous contemplons cet amour du Christ pour l’Eglise en nous plaçant nous-mêmes dans ce flux d’amour qui les unit. Cet amour (l’amour sponsal ) a sa source dans l’amour trinitaire. Nous répondons chacun à cet amour selon notre vocation propre à l’école de saint Jean-Baptiste, l’ami de l’unique Epoux, Jésus-Christ . En « nous donnant » et en « accueillant », nous nous sanctifions et nous répondons à notre vocation de chrétien . Jean-Baptiste est au service de l’accomplissement de nos vocations sponsales. Jean-Baptiste réalise ce service en s’effaçant devant Jésus. Précurseur et ami de l’Epoux, Jean laisse à Jésus toute la place, il le laisse agir en lui et par lui .
Nous croyons qu’aujourd’hui l’Eglise est encore dans ce temps des fiançailles avec son unique Epoux, le Christ, dans l’attente de l’accomplissement des noces de l’Agneau à la fin des temps. C’est pourquoi, nous voudrions être comme Jean-Baptiste, au service de ces relations privilégiées qui unissent le Christ et l’Eglise, tous les chrétiens au Christ, les époux chrétiens entre eux et le prêtre à la part du peuple de Dieu qui lui est confiée. Cette mission de Jean-Baptiste s’accomplit dans un esprit diaconal. Le mode de vie des compagnons de saint Jean-Baptiste est un chemin de sanctification privilégié.

Un chemin de sanctification :
Si le baptême est la source de notre vie chrétienne, nos états de vie sont les chemins que Dieu nous donne pour la réaliser. Parmi ces chemins, le mariage et le ministère de prêtre diocésain se nourrissent particulièrement de la spiritualité des compagnons de saint Jean-Baptiste. L’« amour sponsal » du Christ envers son Eglise (cf. Ep 5, 21-33) se réalise dans ces deux types de « consécration » que sont le mariage et le presbytérat . Les prêtres diocésains, en union avec leur évêque, aiment comme le Christ la partie du Peuple de Dieu qui leur est confiée, et les époux chrétiens s’aiment entre eux de l’amour que le Christ a pour l’Eglise. Les autres états de vie sont appelés, au titre de leur baptême, à se donner là où ils sont, en réponse à l’amour que le Christ a pour eux. Le chemin ouvert par saint Jean-Baptiste comme « ami de l’Epoux » est celui que nous choisissons pour vivre de l’amour sponsal dans nos états de vie.

Une communion spirituelle :
Les compagnons de saint Jean-Baptiste n’ont pas de vie communautaire, chaque compagnon vivant principalement au sein de sa famille et/ou de sa paroisse. Leur communion spirituelle est au service de la communauté paroissiale dont ils font partie en y favorisant la connaissance mutuelle des états de vie et la communion paroissiale. L’Eucharistie dominicale est le lieu où se réalise cette « communion sponsale », puisque dans l’Eucharistie, le Christ se donne à son Eglise et l’Eglise l’accueille. Nous participons à ce don et à cet accueil en fonction de nos états de vie. Le prêtre, tête et pasteur de l’Eglise, préside au sacrifice eucharistique : le Christ s’offre au Père dans l’Esprit pour le Salut des hommes. L’assemblée, constituée corps du Christ, peut alors s’unir à cette offrande. La communion eucharistique réalise l’unité pleine et entière du Christ.
Il y a ainsi une sanctification mutuelle des états de vie, chacun permet à l’autre de vivre l’union en Jésus-Christ dans une relation chaste. Au sein de la famille, considérée comme une « Eglise Domestique » les époux chrétiens vivent l’amour sponsal. A la suite de saint Jean-Baptiste, chacun est le Précurseur du Christ pour son conjoint, et ensemble pour leurs enfants. Nous sanctifions ainsi quotidiennement notre relation conjugale. Au sein de la paroisse, le prêtre diocésain exerce, comme collaborateur de l’évêque, une charité pastorale concrète, entièrement fondée sur l’amour sponsal du Christ, « Tête, Pasteur et Epoux de l’Eglise ». Le prêtre manifeste la charité du Christ qui donne la vie. Ministre du Christ, il Le rend présent en particulier dans les sacrements : comme « ami de l’Epoux » il s’efface devant Lui.
Le compagnon célibataire participe, selon son histoire et son état de vie , à cette communion sponsal en se donnant à ceux qui lui sont proches dans sa famille ou sa paroisse.
De tels chemins nécessitent une amitié spirituelle forte avec le Christ (Jn 3, 29-30).

Un apostolat séculier et paroissial :
A la suite de saint Jean-Baptiste et dans nos différents milieux de vie, nous sommes au service de la rencontre du Christ avec tout homme (cf. Lc 3, 10-14). Nous voulons être des amis de l’Epoux dans le monde d’aujourd’hui , en y demeurant (cf. Jn 17, 11-18) et en l’aimant. Nous choisissons un apostolat séculier. Cette dimension séculière est intrinsèque à notre engagement de compagnons. Nous choisissons d’aimer l’Eglise diocésaine dans notre paroisse. La communion spirituelle entre prêtres et laïcs, notamment l’accueil et le don réciproque entre prêtres et familles, dynamise notre apostolat paroissial. Chacun selon sa vocation est appelé à être un « ami de l’Epoux ».
A la suite de saint Jean-Baptiste, nous voulons vivre la radicalité de l’Evangile dans le monde, annoncer et manifester le Christ à tous et fonder sur lui seul toute la fécondité de notre vie. L’élan de notre apostolat vise à l’union de chaque âme avec son Epoux véritable, le Christ. Nous désirons être des « amis de l’Epoux » dans l’Eglise d’aujourd’hui.